Dossier

INTRODUCTION A L’ARCHIVISTIQUE

image de dossiers rangé coloré
image de dossier

« vivre sans histoire c’est être une épave sans racine, ou alors un arbre coupé qui cherche à se brancher sur des racines étrangères ». Histoire générale de l’Afrique, Tome 1, UNESCO.

 

L’archivistique, qui fonde et caractérise le métier d’archiviste s’est progressivement construite autour de principes, de règles, de pratiques transcendant les cadres géographiques et nationaux.

C’est un terme relativement récent car il fait son entrée, en tant que substantif et adjectif, au dictionnaire de l’Académie Française en 1989.

Comme adjectif, il signifie ce qui est « relatif aux archives » et remonte en France aux années 1950. Et comme subjonctif, il désigne la « science de la gestion des archives » et fut utilisé en Italie en 1928 par Eugénio Casanova. Mais on ne le voit guère en France avant la seconde guerre mondiale.

Notre analyse portera donc sur ce dernier volet en tant que science de la gestion des archives.

L’archivistique est une science qui a ses principes, ses règles et ses champs d’application comme toutes disciplines scientifiques.

 

                    LES PRINCIPES ARCHIVISTIQUES

  • PRINCIPE DE RESPECT DES FONDS OU PRINCIPE DE PROVENANCE

Ce principe consiste  « à laisser groupées,  sans les mélanger à d’autres, les archives provenant d’une administration, d’un établissement ou d’une personne physique ou morale ».

Ce principe est attribué à l’historien français NATALIS DE WAILLY

(1805 – 1886), qui était chef de la section administrative des archives départementales au ministère de l’intérieur français.

En 1830, après ses études au lycée Henry IV, il intègre les Archives du Royaume (aujourd’hui Archives Nationales) et suite à l’analyse de la situation des collections, il propose un cadre de classement commun des archives.

C’est donc le 24 avril 1841 que le ministre de l’intérieur français M. DUCHÂTEL promulgue une circulaire dont le contenu exige que désormais les documents qui proviennent d’un établissement, d’une famille ou d’un individu devraient être regroupés et non  plus mélangés avec ceux qui ont seulement rapport un établissement, un corps ou une famille.

Le principe de provenance était ainsi promulgué.

C’est au Ve congrès international des archives tenu à Paris en 1964 qu’il semble avoir reçu une considération internationale même si beaucoup de pays l’avaient déjà appliqué.

Il fut créé pour améliorer l’organisation des archives mais il sert aussi de fondement à l’amélioration des normes de descriptions des archives.

 

  • LE PRINCIPE DE TERRITORIALITE

Ce principe découle du principe de respect des fonds mais à l’origine ne relève pas de l’archivistique mais du droit s’appliquant à la propriété.

En effet, il stipule que « les archives doivent être conservées dans les services d’archives du territoire ou de l’institution qui les a produites en accord avec le principe de respect des fonds ».

Pour Carol Couture, le premier transfert officiel connu d’archives territoriales remonte  à 1286, il s’agissait de remise de terres françaises au roi d’Angleterre.      Car autrefois, pour exprimer son droit, le vainqueur exigeait au vaincu la déposition des documents relatifs aux terres conquises lors de la signature d’une reddition ou un traité de paix.

Notons que c’est au XXe siècle que le principe de territorialité apparait dans la littérature archivistique.

La convention de Vienne sur la succession d’Etats en matière de biens, archives et dettes d’Etat rend ce mode de fonctionnement officiel.

 

 

  • LA THEORIE DES TROIS (03) AGES

La théorie des trois (03) âges repose  sur le cycle de vie des documents. A l’âge actif, le document sert régulièrement à l’administration, à l’âge semi-actif, il est utilisé occasionnellement et à l’âge historique il est conservé de façon permanente.

Cette théorie nous vient des Etats Unis et prend racine dans les réflexions que les archivistes et les records managers ont dû faire pour régler leurs problèmes de masse documentaire après la seconde guerre mondiale.

La mise sur pied en 1947 d’une commission (Hoover) chargée de réfléchir sur la gestion de la masse documentaire produite durant la guerre.

Le rapport de la commission Hoover (en 1949) et le manuel de l’archiviste Theodore  R. Schellenberg (Modern Archives : principles and techniques) ont formulés pour la première fois la théorie des trois (03) âges. Cette théorie est a eu pour conséquence la naissance des dépôts de pré archivages (records center). Cette théorie s’est vite répandue dans le monde.

  • LE PRINCIPE DE FIXITE

Il s’agit de garder intact le contenu (les informations) du document lors de transfert sur différents supports.

De nos jours, la gestion électronique des documents incite à une dématérialisation du support de l’information. Il convient donc de préserver le premier support sur lequel l’information a été contenue.

Il est donc judicieux pour l’archiviste d’allier la conservation dite traditionnelle (manuelle) et la conservation sur supports numériques. Préservant ainsi, la fixité du contenu.

 

 

LES TROIS (03) CHAMPS DE L’ARCHIVISTIQUE

 

  • Le premier champ est le champ théorique ou scientifique incluant à la fois l’archivistique générale et les archives spéciales propres à certaines catégories de documents ou d’institution, par exemple les documents audiovisuels, les documents iconographique, les archives hospitalières, les archives d’entreprises… qui ont chacun leurs propres règles de classement, de description, de conservation.

A ce niveau, on considère à la fois les principes et les bases théoriques de l’archivistique et les textes législatifs ou réglementaires qui fondent en droit la pratique professionnelle.

 

  • Le deuxième champ est le champ technique, concernant la conservation physique des documents, la construction et l’équipement des locaux d’archives, l’usage des technologies telles que la reprographie, l’informatique, les technologies de la restauration…

C’est celui qui se prête le mieux à l’internationalisation.

 

  • Le troisième champ, différent d’un pays à un autre, est celui de la gestion, c’est-à-dire à l’organisation administrative et du fonctionnement interne des services d’archives.

 

Il s’est agi dans cette étude, de décrire l’archivistique comme une science ayant ses principes et ses champs d’application. Quant à l’historique des archives, elle constituera une autre étude. Toutefois, il serait également intéressant d’étudier le mode d’accroissement d’un fonds d’archives.

Facebook Comments

Facebook

A PROPOS

Calendrier

août 2019
L M M J V S D
« Fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031