News

MA PLUME POUR CELEBRER LA JOURNEE INTERNATIONALE DES ARCHIVES

Cette année, le thème qui nous rassemble pour la journée internationale des archives, en tant que professionnels des sciences de l’information documentaire est, Archives: Gouvernance, Mémoire et Patrimoine.

Il nous paraît  en cette journée spéciale de porter une réflexion sur ce thème afin de marquer d’une empreinte indélébile notre amour pour la science archivistique et de porter tout haut la voix des archivistes qui de par leur travail remarquable conservent encore les traces des activités humaines.

De l’antiquité à l’époque contemporaine en passant par le moyen âge et l’époque moderne, qu’il soit le questeur, le vizir d’autrefois à l’archiviste ou le record manager d’aujourd’hui, les archives ont toujours joué et continuent de jouer ce rôle si important de matérialiser les activités humaines, de garantir les droits et devoirs des hommes et de servir la mémoire des peuples.

Archives : Gouvernance, Mémoire et Patrimoine, revêt donc un caractère si spécial pour nous car en dépit des préjugés portés sur les archives, nul n’ignore le rôle que les archives peuvent apporter dans la pratique de la bonne gouvernance, surtout pour nos Etats Africains encore jeunes et abonnés aux scandales de corruption, de gabegies et de détournement de deniers publics. C’est ici le lieu de dénoncer d’une part ces pratiques d’un autre âge et d’apporter la lumière des archives dans la gestion quotidienne des affaires administratives. Il est impérieux de matérialiser les actes par écrit afin de lutter efficacement contre ces maux qui minent nos sociétés. D’ailleurs, les archives de par leur définition sont inhérentes à la notion de date. Tout document dès sa conception, sa création devient une archive. C’est pourquoi ne dit-on pas que les hommes passent et que les archives demeurent pour attester de leurs actes ?

Il est indéniable que les archives jouent un rôle important dans le fonctionnement de tout organisme, peu importe d’ailleurs le support utilisé pour matérialiser l’information.

Le rôle des archives est aussi d’agir comme mémoire. A vrai dire, l’homme a toujours eu la passion et la nécessité de conserver sa propre « mémoire » afin que celle-ci parcoure le temps et les civilisations. Aucune activité humaine ne saurait prospérer sans s’appuyer sur les traces du passé, d’où la célèbre maxime « l’administration est une continuité ». La prolifération des documents depuis des siècles est pour l’archiviste un véritable défi car il n’est pas aisé de faire le choix de ce qui est à conserver de ce qui doit être détruit ou éliminé. Mais le concept de « mémoire » est ce qui stimule chaque professionnel archiviste car «  l’archiviste contemporain a le mandat de définir ce qui constituera la mémoire d’une institution ou d’une organisation ». En outre, la reconstitution du passé afin de servir de ‘’pont culturel ‘’ entre le passé et le présent afin de préparer le futur est pour nous un puissant stimulant. Rien de plus beau que de restituer la mémoire des peuples, des civilisations et des institutions. Pour ce faire, l’archiviste d’aujourd’hui peut compter sur plusieurs acquis. C’est pourquoi nous affirmons avec force que « les archives demeurent toujours une source privilégiée pour nous livrer le contenu de nos racines ».

Quant à savoir les archives comme patrimoine, nous dirons qu’il va de soit car l’ensemble du patrimoine documentaire d’un Etat est un patrimoine inégalable. Pour illustrer cela, nous nous faisons fort de retranscrire l’assertion d’Arthur G. Dougthty, ex-directeur des Archives publiques du Canada au début du XXe siècle qui déclarait que « de tous les trésors nationaux, les Archives constituent le plus précieux : Elles sont les legs d’une génération à une autre et la qualité des soins que nous leur accordons témoigne de la qualité de notre civilisation ». C’est dire que les archives sont l’essence même de la civilisation du peuple car retraçant le vécu des populations. C’est également le lieu d’interpeller nos dirigeants sur la question des Archives Nationales en tant qu’institution qui doit pouvoir apporter sa pierre au développement de la nation ivoirienne. Pour ce faire, nous devons avoir une institution des Archives Nationales digne de ce nom avec toute la dotation financière, matérielle et humaine qui convient. En outre, il conviendrait de construire un bâtiment et des salles respectant les normes archivistiques afin de sauvegarder ce patrimoine ivoirien. Et le président François Mitterrand lors du congrès international des archives en 1988 nous le rappelle si bien en ses termes « les archives (…) celles de demain ne seront plus ce qui reste quand le temps a passé mais ce que les hommes auront prévu de mettre à la disposition de ceux qui les suivront, d’une génération à l’autre ». Dès lors, peut-on envisager une nation sans Archives ?

Facebook Comments

Facebook

A PROPOS

Calendrier

septembre 2019
L M M J V S D
« Fév    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30